Une nouvelle affaire de viol et de torture met en émoi le Maroc

août 27, 2018

Khadidja Okkarou, une adolescente marocaine a raconté dans une vidéo avoir été violée et torturée par un groupe d’homme il y a trois mois environs. Son histoire a suscité de l’indignation au Maroc. Une pétition a même été lancée sur les réseaux sociaux pour lui venir en aide.

 

Par Claude GBENYEDJI

Le hashtag #noussommestouskhadija accompagné d’un dessin de femme nue, tatouée, le visage barré d’un « SOS », retient l’attention au Maroc ces derniers jours après la publication du témoignage d’une adolescente dans des médias.

Sur la vidéo publiée le 21 août, Khadija Okkarou, 17 ans, affirme avoir été enlevée il y a trois mois devant chez sa tante à Fqih ben Saleh dans le centre du pays, par des garçons connus pour appartenir à une « bande dangereuse ».

« Ils m’ont séquestrée pendant près de deux mois, violée et torturée, (…) je ne leur pardonnerai jamais, ils m’ont détruite », a-t-elle dit, en montrant des tatouages graveleux et des traces de brûlures de cigarettes sur son corps.

Selon son père, Mohamed Okkarou, trois de ses agresseurs, à propos desquels aucune information n’a filtré, ont été arrêtés ce samedi 25 août. Il affirme également que la première audience du procès aura lieu le 6 septembre.

Au total, 12 personnes ont été interpellées dans le cadre de cette affaire, a indiqué Naima Ouahli, membre de l’Association marocaine des droits humains à Beni Mellal, près de Fqih ben Saleh. Pour l’heure, la police et le parquet marocains n’ont pas souhaité se prononcer sur l’histoire de la jeune femme.

« Son état est stable, nous essayons de la soutenir, de lui assurer que justice lui sera rendue et de lui dire qu’elle n’y est pour rien (…). Nous sommes émus par l‘élan de solidarité avec elle », a affirmé son père.

La pétition, destinée à lui fournir des soins et une aide psychologique, avait recueilli ce dimanche soir plus de 3.400 signatures.

L’histoire se répète

Cette affaire n’est malheureusement pas le premier du genre au Maroc. D’autres histoires similaires à celle de Khadidja se sont produites également dans le pays dans un passé plutôt récent et ont également ému l’opinion.

Fin 2015, une mineure de 16 ans s‘était immolée par le feu après avoir été victime d’un viol collectif, ses agresseurs l’ayant menacé ouvertement de diffuser des vidéos de son viol si elle parlait.

Les prévenus avaient été remis en liberté provisoire avant leur procès, ce qui avait suscité un scandale. Finalement, huit personnes seront condamnées à des peines allant de 8 à 20 ans de prison.

Un des cas les plus célèbres de la cause féminine reste celui d’Amina Filali, une adolescente de 16 ans qui s‘était elle aussi suicidée en 2012 après avoir été contrainte d‘épouser son violeur. La mobilisation civile après sa mort avait débouché sur l’abrogation de l’article 475 du code pénal, qui permettait aux violeurs d‘échapper à la prison en épousant leur victime.

Le nombre d’affaires de viols traitées par la justice marocaine a doublé en 2017, passant de 800 en moyenne à 1600. Ce crime est doublement douloureux pour les victimes, souvent considérées comme les premières coupables par une société qui est fondamentalement conservatrice.

(Visited 21 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

  • Partenaires & Liens

  • Mivasocial - Le Réseau social Africain

    Mivasocial - Le Réseau social Africain

  • Mivazik - La Plateforme de promotion des musiciens Africains

    Mivazik - La Plateforme de promotion des musiciens Africains

  • Africaone - Le plus grand annuaire professionnel des entreprises de l'Afrique et de la diaspora ...

    Le plus grand annuaire professionnel des entreprises de l'Afrique et de la diaspora ...

  • A Propos

  • Language
    X Nous travaillons dur pour rendre les traductions disponibles et nous nous excusons pour toute erreur de traduction. Veuillez signaler toute erreur en nous contactant aujourd'hui. - Merci

    Choose a different Language

  • Traduction


    by Transposh - translation plugin for wordpress
  • Avec Miva! Et vous?
  • FR
  • Connexion
  • Inscription
  • Aller à la barre d’outils

    - African Social Network - Social Networking sites used in Africa - Africa's top Social Network - Social Network used in Africa - First Social Network for Africa.

    Decouvrez Togosocial - Le reseau social du Togo - Togolese Social network Yaamo - Interest based Social network Djinam - Le moteur de recherche Togoois - Togolese Search Engine Le meilleur site des annonces au Togo - Annonces immobiliers - Annonces a' vendre au Togo Solutions de conception de site web au Togo. Service Cloud hebergement de sites web Togo - Service et Support IT au Togo Best hair braiding in Decatur GA Best hair braiding in Decatur GA Best hair braiding in Decatur GA Yaamo interest-based advertising Yaamo is the Social Network about increasing revenue for you and your Business. JOIN TODAY! We are a proud Member. Yaamo helps you advertise. They make it easy and affordable. Togosocial - Le réseau social du Togo - Togolese Social network BNN(Blog, Nouvelles & notes) actualités Togo est le site Togolais des actualités, nouvelles, blogs et notes du Togo et de la Diaspora. BNN redéfinit le journalisme populaire en donnant aux Journalistes, Blogueurs, Écrivains, Etudiants, Universitaires Togolais ou a tout Togolais le meilleur outil pour partager leurs idées, leurs écrits, leurs expériences et les actualités au Togo et dans la Diaspora. L’application Freewriter BNN Togo actualités est sociale et s’intègre directement sur votre profil Togosocial et aussi sur le fil d’activités de vos amis sur le réseau permettant au monde un accès direct à vos articles.