Cameroun/Présidentielle : Paul Biya réélu pour la septième fois consécutive

octobre 23, 2018

Sans surprise, le président camerounais Paul Biya, 85 ans dont bientôt 36 au pouvoir a été proclamé lundi par le Conseil constitutionnel vainqueur de l’élection présidentielle du 7 octobre dernier. Il a été réélu pour un septième mandat après avoir obtenu 71,28% dans un scrutin où son principal adversaire, l’opposant Maurice Kamto est arrivé deuxième avec seulement 14,23% des voix.

Par Claude GBENYEDJI

« Est élu président de la République, comme ayant recueilli la majorité des suffrages exprimés, le candidat Biya Paul », a déclaré sous les hourras de l’assemblée le président du Conseil constitutionnel, Clément Atangana, dans une séance retransmise en directe à la télévision nationale.

Vainqueur dans neuf des dix régions du Cameroun, Paul Biya a littéralement écrasé ses adversaires avec des scores officiels sans appel : 92,91% dans le Sud, 89,21% dans l’Extrême-Nord, 81,62% dans le Nord…

Seule une région a échappé au raz-de-marée du président-candidat Biya : le Littoral, qui abrite la capitale économique, Douala, où Maurice Kamto a gagné avec 38,60% des suffrages. L’opposant a perdu dans l’Ouest, sa région d’origine, derrière le président réélu.

Dans les deux régions anglophones en conflit depuis un an, où des séparatistes armés combattent l’armée camerounaise pour leur indépendance, Paul Biya arrive aussi largement en tête. Mais les taux de participation dans ces zones sont les plus faibles du pays : 5,36% dans le Nord-Ouest et 15,94% dans le Sud-Ouest.

Pour sa première participation à la présidentielle, Cabral Libii, l’un des plus jeunes candidats, est classé troisième avec 6,28%.

Il est suivi respectivement de Joshua Osih (3,35%), Adamou Ndam Njoya (1,73%), Garga Haman Adji (1,55%), Frankline Ndifor (0,67%), Serge Espoir Matomba et Akere Muna (0,35%), dont la candidature avait été retirée la veille du scrutin au profit de Maurice Kamto.

Recours de l’opposition rejetés

Jeudi dernier, le Conseil constitutionnelle a en effet statué sur 18 recours en annulation partielle ou totale de l’élection déposée par des candidats de l’opposition pour cause de « fraudes massives ».

Maurice Kamto, qui revendique la victoire à la présidentielle, avait saisi l’institution pour demander l’annulation du scrutin dans plusieurs localités de sept régions du pays. Durant deux jours de débats, ses avocats ont entre autres dénoncé l’irrégularité de 32 procès-verbaux, qui représentent plus de 1,3 millions de votes sur un total de 6,6 millions d’inscrits.

Mais sa requête a été jugée « non justifiée » par tous les membres du Conseil constitutionnel « à l’unanimité », selon son président Clément Atangana et donc rejetée. Malgré cela, l’ancien ministre de Paul Biya dit ne pas reconnaître la victoire du président sortant et pense plutôt que c’est lui le vainqueur du scrutin.

Avant la proclamation des résultats, le Conseil constitutionnel a rejeté la quasi-totalité des réclamations faites par l’opposition. Au Cameroun, le Conseil constitutionnel étudie les recours post-électoraux avant de proclamer les résultats officiels quinze jours après le scrutin. Après, ils ne peuvent plus alors être contestés.

A la tête du pays depuis 1982, Paul Biya a remporté toutes les élections présidentielles qui ont eu lieu jusqu’ici au Cameroun. Pour assurer son maintien à la tête du pays, il a réussi à verrouiller toutes les institutions de la République en s’appuyant sur son parti-Etat, le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC) qu’il a créé en 1985.

Le mandat présidentiel n’étant pas limité au Cameroun, il a toujours la possibilité de se représenter au tant de fois qu’il veut à la tête du pays. Aujourd’hui le défis reste immense pour le président Biya qui est le deuxième chef d’Etat sur le continent après l’Equato-guinéen Téodoro Obiang nguema a le plus durer au pouvoir (36 ans pour Biya et 38 ans pour Obiang nguema).

Il devra donc se résoudre dans l’immédiat à trouver une solution définitive à la crise anglophone dans la zone nord du pays et à régler la question de la pauvreté dans un pays où la majorité des populations vivent avec moins d’un dollar au quotidien.

(Visited 3 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

  • Partenaires & Liens

  • Mivasocial - Le Réseau social Africain

    Mivasocial - Le Réseau social Africain

  • Mivazik - La Plateforme de promotion des musiciens Africains

    Mivazik - La Plateforme de promotion des musiciens Africains

  • Africaone - Le plus grand annuaire professionnel des entreprises de l'Afrique et de la diaspora ...

    Le plus grand annuaire professionnel des entreprises de l'Afrique et de la diaspora ...

  • A Propos

  • Language
    X Nous travaillons dur pour rendre les traductions disponibles et nous nous excusons pour toute erreur de traduction. Veuillez signaler toute erreur en nous contactant aujourd'hui. - Merci

    Choose a different Language

  • Traduction


    by Transposh - translation plugin for wordpress
  • Avec Miva! Et vous?
  • FR
  • Connexion
  • Inscription
  • Aller à la barre d’outils

    - African Social Network - Social Networking sites used in Africa - Africa's top Social Network - Social Network used in Africa - First Social Network for Africa.

    Decouvrez Togosocial - Le reseau social du Togo - Togolese Social network Yaamo - Interest based Social network Djinam - Le moteur de recherche Togoois - Togolese Search Engine Le meilleur site des annonces au Togo - Annonces immobiliers - Annonces a' vendre au Togo Solutions de conception de site web au Togo. Service Cloud hebergement de sites web Togo - Service et Support IT au Togo Best hair braiding in Decatur GA Best hair braiding in Decatur GA Best hair braiding in Decatur GA Yaamo interest-based advertising Yaamo is the Social Network about increasing revenue for you and your Business. JOIN TODAY! We are a proud Member. Yaamo helps you advertise. They make it easy and affordable. Togosocial - Le réseau social du Togo - Togolese Social network BNN(Blog, Nouvelles & notes) actualités Togo est le site Togolais des actualités, nouvelles, blogs et notes du Togo et de la Diaspora. BNN redéfinit le journalisme populaire en donnant aux Journalistes, Blogueurs, Écrivains, Etudiants, Universitaires Togolais ou a tout Togolais le meilleur outil pour partager leurs idées, leurs écrits, leurs expériences et les actualités au Togo et dans la Diaspora. L’application Freewriter BNN Togo actualités est sociale et s’intègre directement sur votre profil Togosocial et aussi sur le fil d’activités de vos amis sur le réseau permettant au monde un accès direct à vos articles.