Politique/Madagascar : Les Malgaches sont aux urnes pour le second tour de l’élection présidentielle

décembre 19, 2018

Les électeurs malgaches votent ce mercredi 19 décembre pour élire leur prochain président. Ils devront choisir entre Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, au second tour d’une élection qui reste très indécise.

Par Claude GBENYEDJI

Dès 6h00 du matin (3h00 GMT), les premiers des quelque 10 millions d‘électeurs inscrits formaient de petites files dans les centres de vote dans la capitale Antananarivo. Peu de temps après les deux candidats en course ont chacun voté.

La rivalité et l’inimitié qui opposent les deux ex-chefs de l’Etat font redouter de vives tensions à la proclamation des résultats, dans un pays habitué des crises politiques depuis son indépendance en 1960.

« Je suis confiant, je pense que le peuple malgache tranchera une bonne fois pour toutes celui qui dirigera le pays (…) j’appelle le peuple malgache à voter massivement », a déclaré Andry Rajoelina après avoir glissé son bulletin dans l’urne dans une école d’Ambotube.

« Avec la participation de tout le peuple malgache, j’espère que l’on va changer Madagascar et que l’on va aller de l’avant », a lancé en retour Marc Ravalomanana à la sortie de son bureau de vote du quartier de Faravohitra.

Le duel s’annonce donc serré et aucun observateur politique ne se risque à un pronostic sur l’issue de ce scrutin, dont l’enjeu semble autant d’offrir au vainqueur une revanche personnelle que d’apporter un avenir meilleur à ce pays classé parmi les dix plus pauvres du monde

Des rancunes personnelles

Lors du premier tour du 7 novembre, Andry Rajoelina, un ancien disc-jockey de 44 ans, a pris un léger avantage en recueillant 39,23% des suffrages. Riche patron d’un groupe laitier, Marc Ravalomanana, 69 ans, l’a suivi de près avec 35,35% des voix.

Le président sortant Hery Rajaonarimampianina a été sèchement remercié avec 8,82% des voix. Débarrassés de leurs concurrents, les deux hommes ont laissé ces dernières semaines libre cours à leurs rancunes personnelles, nombreuses.

Élu chef de l’État en 2002, Marc Ravalomanana a été contraint à la démission sept ans plus tard par une vague de violentes manifestations ourdies par Andry Rajoelina. Maire de la capitale Antananarivo, ce dernier avait alors été installé par l’armée à la tête du pays.

Les deux rivaux avaient été privés de candidature à l‘élection de 2013, dans le cadre d’un accord de sortie de crise validé par la communauté internationale.

A longueur de discours, Marc Ravalomanana a dénoncé le « coup d’Etat » mené par son successeur et vanté sa propre expérience. « Je ne travaille pas pour moi ou pour m’enrichir », a-t-il lancé, « je ferai tout pour faire de Madagascar un pays développé ».

Andry Rajoelina a riposté en qualifiant son adversaire de « vieillard » et en lui conseillant de « prendre sa retraite pour aller traire ses vaches ». « Je serai un président du petit peuple qui protège les pauvres », a-t-il assuré.

Au-delà de leur adversité, les promesses ne manquent pas. En particulier dans le programme de d’Andry Rajoelina, où sortent de terre une nouvelle capitale, des universités dans chaque région, des centrales électriques dans chaque chef-lieu de district… Il promet aussi de multiplier par quatre les subventions aux communes, d’augmenter de 100 000 hectares les superficies de rizières en cinq ans, d’accroître de 20 % les effectifs des forces de l’ordre.

Son concurrent est plus mesuré et s’engage surtout à approfondir les réformes économiques et le programme de grands travaux entamés sous ses précédentes mandatures (2002-2009). Ils ont cependant en commun de n’avancer aucun chiffrage précis, ni aucune source de financement de ces nouvelles dépenses, en dehors d’un appel aux bailleurs de fonds ou à l’investissement privé.

Dans les derniers jours de campagne, les deux prétendants ont quadrillé le pays dans leurs hélicoptères pour consolider leurs bastions et rallier les abstentionnistes qui étaient de 45,7% au premier tour.

Résultats après Noël

Leur duel personnalisé à l’extrême a largement occulté les problèmes de fond du pays, l’un des plus pauvres du continent africain et le seul épargné par la guerre à s’être appauvri depuis son indépendance de la France en 1960.

Manque criard d’infrastructure, corruption, insécurité, pauvreté, Madagascar et ses 25 millions d’habitants cumulent tous les handicaps. Victime du réchauffement climatique, sa pointe sud souffre depuis des années d’une sécheresse qui met en péril sa population.

« Il n’y a pas eu de vrai débat sur les solutions à apporter à ces problèmes, juste de la propagande », déplore Hony Radaert, du Collectif des citoyens, « je doute qu’aucun des deux (candidats) ait tiré les leçons des échecs du passé ».

Ancien ministre de l’Education et candidat malheureux au premier tour, l’universitaire Paul Rabary résume sans détour les enjeux du scrutin.

« Pour Marc Ravalomanana, c’est une question de vie ou de mort. Son groupe (agroalimentaire) ne peut pas survivre s’il ne reprend pas le pouvoir », dit-il. « Quant à Andry Rajoelina, son histoire personnelle est salie par le coup d’Etat. Il doit gagner pour laver son honneur ».

Inquiète, l’influente conférence des évêques catholiques de Madagascar a exhorté lundi les deux camps à « accueillir humblement le vrai choix du peuple ».

Les premières tendances doivent être publiées par la Commission électorale (CENI) après Noël.

(Visited 33 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

  • Partenaires & Liens

  • Mivasocial - Le Réseau social Africain

    Mivasocial - Le Réseau social Africain

  • Mivazik - La Plateforme de promotion des musiciens Africains

    Mivazik - La Plateforme de promotion des musiciens Africains

  • Africaone - Le plus grand annuaire professionnel des entreprises de l'Afrique et de la diaspora ...

    Le plus grand annuaire professionnel des entreprises de l'Afrique et de la diaspora ...

  • A Propos

  • Language
    X Nous travaillons dur pour rendre les traductions disponibles et nous nous excusons pour toute erreur de traduction. Veuillez signaler toute erreur en nous contactant aujourd'hui. - Merci

    Choose a different Language

  • Traduction


    by Transposh - translation plugin for wordpress
  • Avec Miva! Et vous?
  • FR
  • Connexion
  • Inscription
  • Aller à la barre d’outils

    - African Social Network - Social Networking sites used in Africa - Africa's top Social Network - Social Network used in Africa - First Social Network for Africa.

    Decouvrez Togosocial - Le reseau social du Togo - Togolese Social network Yaamo - Interest based Social network Djinam - Le moteur de recherche Togoois - Togolese Search Engine Le meilleur site des annonces au Togo - Annonces immobiliers - Annonces a' vendre au Togo Solutions de conception de site web au Togo. Service Cloud hebergement de sites web Togo - Service et Support IT au Togo Best hair braiding in Decatur GA Best hair braiding in Decatur GA Best hair braiding in Decatur GA Yaamo interest-based advertising Yaamo is the Social Network about increasing revenue for you and your Business. JOIN TODAY! We are a proud Member. Yaamo helps you advertise. They make it easy and affordable. Togosocial - Le réseau social du Togo - Togolese Social network BNN(Blog, Nouvelles & notes) actualités Togo est le site Togolais des actualités, nouvelles, blogs et notes du Togo et de la Diaspora. BNN redéfinit le journalisme populaire en donnant aux Journalistes, Blogueurs, Écrivains, Etudiants, Universitaires Togolais ou a tout Togolais le meilleur outil pour partager leurs idées, leurs écrits, leurs expériences et les actualités au Togo et dans la Diaspora. L’application Freewriter BNN Togo actualités est sociale et s’intègre directement sur votre profil Togosocial et aussi sur le fil d’activités de vos amis sur le réseau permettant au monde un accès direct à vos articles.